La Charte Forestière s’engage dans la réalisation de son Plan d’Approvisionnement Territorial

mars 28 2016
(0) Commentaires
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

Les réflexions autour de l’élaboration de la Charte Forestière de Bas-Dauphiné et Bonnevaux, signée officiellement en 2014, ont permis de révéler de nombreux enjeux d’ordres économique, social et environnemental. Parmi eux, un problème de mobilisation de la ressource : le Plan d’Approvisionnement Territorial représente la première étape pour y répondre.

Outre le morcellement foncier, la qualité du réseau de desserte représente un obstacle majeur à une exploitation optimale de la ressource forestière et à la mobilisation des bois. Les contraintes géologiques et hydrologiques des sols du massif, ainsi que le dimensionnement des engins d’exploitation induisent une dégradation problématique des chemins et voies d’accès au massif. Si les projets de pistes forestières commencent actuellement à voir le jour de manière individuelle, un gros travail de mise au gabarit de voies forestières structurantes est à mettre en place. Par ailleurs, le développement de la filière bois énergie devant être accompagnée au regard de la création de chaufferies collectives et de l’augmentation de la demande en plaquettes forestières, elle ne doit pas, pour autant, déstabiliser les autres filières en place (piquet, bois d’œuvre).

Ainsi, pour répondre à ces enjeux, le territoire s’est engagé dans la mise en œuvre d’un Plan d’Approvisionnement Territorial (PAT), le 1er avril 2015 à l’occasion d’un comité de programmation ayant réuni une trentaine d’élus du territoire. Pour cela, il bénéficie de l’accompagnement de la Fédération Nationale et de l’Union Régionale des Associations de Communes Forestières de Rhône-Alpes.

Véritable outil d’aide à la décision et fonction des orientations définies par les élus du territoire, le PAT est construit grâce à la mobilisation de tous les acteurs de la forêt. Témoin de cette dynamique, seize d’entre eux (professionnels de la filière, gestionnaires, propriétaires, associations) ont travaillé à l’adaptation de la méthodologie du projet au contexte du territoire, lors du 1er Comité technique du PAT le 10 novembre dernier. Ce fut une étape primordiale au démarrage de la phase opérationnelle.

Le PAT permettra ainsi au territoire d’avoir une bonne visibilité de la ressource disponible et d’envisager les investissements et les démarches nécessaires à une mobilisation de la ressource en bois dans le respect des enjeux sociaux et environnementaux des massifs forestiers, au-delà du simple aspect économique apparent. Finalement, le projet aspire à donner les clés au territoire pour le développement d’actions opérationnelles liées au développement de la filière bois et à la gestion durable de la ressource (Contrats d’approvisionnement locaux, Schémas de desserte cohérents…).

Postez un commentaire